lundi 19 janvier 2009

Bart De Wever, petit fils de collaborateur doit rester en Flandre.

www.prejuges.be

la N-VA fait campagne en Wallonie!

19/01/2009

La N-VA a présenté lundi, dans les deux langues, une campagne d'affichage en cours en Wallonie, qui a pour vocation de démonter le sentiment de crainte qui prévaut au sud du pays à l'égard d'une autonomie accrue de pouvoir pour les Régions.
Le président des nationalistes flamands, Bart De Wever, a justifié cette campagne après une série d'échecs dans sa tentative de sensibiliser l'opinion publique francophone au travers des médias du sud du pays, jugés "trop bruxellois" et rendus coupables d'alimenter les clichés à l'égard de la N-VA.
Bart De Wever était récemment l'invité de l'émission "Répondez à la question" sur la RTBF. Au final, c'était plutôt "Répondez au tribunal", a regretté le président de la N-VA.

Le parti séparatiste N-VA qui s'adresse directement aux Wallons... Voilà qui est inhabituel! - www.prejuges.be
La campagne www.prejuges.be remet en question certaines affirmations selon lesquelles plus d'autonomie rimerait avec moins de solidarité, moins d'emploi ou moins de sécu. Elle s'abstient de faire référence à la N-VA, par souci de lancer un débat "sincère".
La Libre Belgique qui a consacré lundi un article à cette campagne, a obligé les nationalistes flamands à sortir du bois. Ceux-ci entendaient continuer la campagne de manière anonyme durant une dizaine de jours.
"Le dialogue communautaire est presque mort. Il n'y aura pas de réforme de l'Etat avant juin 2009. Kris Peeters est obligé de jouer au mendiant auprès des francophones pour obtenir au plus quelques amuse-gueules", a commenté lundi Bart De Wever. Or, a-t-il précisé, il est "urgent de changer le climat" sur le plan socio-économique et sur le plan institutionnel.
La campagne de la N-VA, estimée à 15.000 euros, est "le début" d'une entreprise plus vaste, a annoncé M. De Wever dont le parti entend se faire connaître en Wallonie. Dans le sud du pays, "il n'y a personne avec qui coopérer", a-t-il indiqué, regrettant la disparition des renardistes. Il ne s'agit pas, a assuré M. De Wever, du lancement de la campagne électorale pour les élections flamandes de juin. Celle-ci débutera en février, a-t-il précisé.

LeVif.be, avec Belga

1 commentaire:

Sébastien Strazzer a dit…

Mr De Wever ne se souvient pas de tous les propos qu'il a tenu auparavant ... Au premier abord, je n'ai pas fort apprécié qu'il vienne faire campagne en Wallonie, j'ai pris cela comme une sorte "d'ingérence". Surtout de la part d'un monsieur qui souhaite tout scinder au bénéfice de la Flandre et qui méprise (et encore, c'est faible comme mot) les francophones.