jeudi 30 décembre 2010

Le Roi a pris ses responsabilités.

Je constate amèrement qu'après quelques années d'usures et revendications, les francophones ont accepté le principe d'une réforme de l'état réclamée et exigée par les flamingants qui n'ont rien donné en contrepartie ... - onbespeekbaar - ....

On se fait b...... une fois de plus au lieu d'envoyer ces néofascistes au diable.  Le francophone est trop bon face à cette nation qui s'est jetée dans les bras des nazis qu'ils admiraient  tant et dont ils reproduisent les comportements.  Hélas ...

Ces froids calculateurs renient la Belgique et sa population francophone mais ont peur des réactions de l'Europe et c'est pourquoi ils proclament haut et fort qu'ils veulent une flandre indépendante dans l'Europe !!!!
C'est ou l'Europe ou une république vlaanderen mais pas les deux et ils le savent bien. 

Et là, ils ont peur mais ne renoncent pas.    Ils pensent pouvoir "fatiguer" l'Europe comme ils ont "usé" les francophones de Belgique en 100 ans.  Leurs projets s'étalent sur des générations et c'est pourquoi ces dernières sont  conditionnées dès leur fréquentation scolaire. L'histoire y est subtilement diffusée à la sauce flamingante dans des cerveaux vierges et réceptifs.


mercredi 22 décembre 2010

N'importe quoi .... le peuple flamand en admiration devant un descendant de collaborateur nazi ....

woensdag 22 december 2010 om 11u27

Mens van het Jaar: U koos Bart De Wever

De lezers van Knack.be hebben Bart De Wever uitgroepen tot Mens van het Jaar 2010.
© Reuters


De N-VA-voorzitter kreeg in een poll op onze site 1208 stemmen achter zijn naam en liet daarmee rechter Henri Heimans ver achter zich. Kinderpsychiater Peter Adriaenssens vervolledigt de top 3.

Onderaan de lijst bengelt PS-voorzitter Elio Di Rupo die duidelijk op heel wat minder sympathie kan rekenen bij onze Knack.be-surfers.

De verkiezing van De Wever tot 'Mens van het Jaar 2010' is nauwelijks een verrassing te noemen. De Wever won met zijn partij in Vlaanderen glansrijk de federale verkiezingen van 13 juni 2010. Zelf kreeg hij 785.776 voorkeurstemmen. Tijdens de daaropvolgende onderhandelingen stelde de N-VA’er zich erg hard op en liepen de spanningen met de PS soms hoog op. Op 4 oktober trok De Wever zelfs de stekker uit de onderhandelingen. De compromistekst die hij vervolgens als koninklijk verduidelijker op tafel legde, werd door de Franstaligen meteen afgeschoten. Zijn controversiële uitspraken in de pers deden het vertrouwen tussen beide gemeenschappen ook geen goed.
De volledige uitslag:
Bart De Wever: 1208 stemmen
Henri Heimans: 283 stemmen
Peter Adriaenssens: 248 stemmen
Kim Clijsters: 100 stemmen
David Van Reybrouck: 93 stemmen
Koning Albert II: 92 stemmen
André-Joseph Léonard: 54 stemmen
Johan Vande Lanotte: 47 stemmen
Francis Alÿs: 27 stemmen
Elio Di Rupo: 24 stemmen

Knack Magazine verkoos dit jaar ‘De vrijwilliger’ tot Mens van het Jaar. Knack Weekend ging voor Peter Adriaenssens en Knack Focus koos twee regisseurs: Hans Van Nuffel (Adem) en Kadir Balci (Turquaze).

mardi 21 décembre 2010

Le sexe des anges.


Ils sont tellement persuadés de leur supériorité ..... "wat wij doen doen wij beter" .... (Ce que nous faisons nous le faisons mieux) qu'ils ne se rendent même plus compte qu'ils reproduisent le schéma de l'übermensch des années 1930 et 1940 !!!!
Leur nationalisme les conduit à la stupidité et absurdité.

Une fable scandaleuse.

 La propagande flamingante étalée sur des générations successives est très efficace parce que la masse avale tous ces gros mensonges sans broncher et sans réfléchir.
En 1914-1918, l'ennemi était le boche et pas les combattants belges.  Il faut vraiment être un tordu pour flamandiser l'histoire.

dimanche 19 décembre 2010

Absurdités et mensonges flamingants.

Mon grand père a passé 4 ans dans les tranchées belges de 1914-1918 et les combattants parlaient les 2 langues.  Ce qu'affirment les flamingants n'est que fabulation et mensonges.
Il faut être fanatique flamingant et stupide du genre Peumans pour relayer  ces mensonges et absurdités.


Armée : confusion et flamandisation.


Le ministre de la défense nationale, De Crem, est comme les autres : d'abord flamingant et accessoirement belge et pratique l'exclusion en faveur des flamands.
Et dire que les flamingants se posent encore et toujours comme pauvres victimes des francophones ........

Karel De Gucht "Où ça, des partis de droite en Flandre ?" Vous m'en direz tant !!!!!



mercredi 8 décembre 2010

Ecolo juge eHealth "trop flamand"

Après l'armée qui dénonçait la flamandisation de celle-ci...voilà que :
La plate-forme eHealth, le réseau électronique d’échange de données dans les soins de santé, est 'trop flamande'. Voilà du moins ce que déclare le parti Ecolo, par la voix de sa parlementaire Muriel Gerkens, dans Le Soir. Elle s’en prend aussi à Frank Robben , l’administrateur général. 

La critique va dans tous les sens. C’est ainsi que cinq des six postes-clés seraient réservés à des néerlandophones et qu’il n’y aurait pas toujours des médecins francophones dans l’équipe eHealth. De plus, Gerkens déplore le fait que Frank Robben ait la main mise sur la plate-forme depuis deux ans, soit depuis sa création. En outre, Robben est aussi administrateur délégué de l’A.S.B.L. Smals, qui délègue des informaticiens pour le projet eHealth. Enfin, Gerkens se plaint également que le comité de concertation d’eHealth, appelé à garantir notamment le traitement confidentiel des données, n’ait encore et toujours pas été créé au bout de deux années.

En attendant le communiqué officiel de Jacques de Toeuf, le président du comité de gestion, Frank Robben en personne tient à réagir à la critique. "Je ne sais pas pourquoi tout ceci est mis soudainement sur le tapis", déclare-t-il. "En outre, certaines affirmations ne sont pas correctes. Je désire donc répondre, mais en fait, je souhaiterais plutôt aborder le contenu. Restons calmes."

Robben se base sur les chiffres officiels: "L’équipe complète comprend 21 francophones et 19 néerlandophones. Au sein de la direction, il y a 3 Néerlandophones, dont moi-même, et 5 francophones. Il ne peut donc être question d’un eHealth 'trop flamand'. De plus, personne n’a ici un problème de langue." Pour ce qui est des médecins de l’équipe, il est vrai que 2 sont néerlandophones. "Il est très malaisé de trouver des médecins qui connaissent l’ICT. La qualité et la compétence ne priment-elles pas sur la langue? En outre, ces médecins sont parfaitement bilingues, voire multilingues."

Sur le plan de Smals, Robben affirme qu’en tant qu’administrateur délégué, il a confié la responsabilité opérationnelle à deux autres personnes: "Je ne m’occupe plus que des aspects stratégiques: l’adaptation des services aux besoins des membres et l’avenir, à savoir le suivi des tendances sur le marché IT." Le fait que Smals délègue des informaticiens à eHealth est tout à fait normal, selon lui. "En tant que’A.S.B.L., Smals est une institution de droit privé, mais du point de vue fonctionnel, elle ne travaille que pour les pouvoirs publics. Sa création n’avait d’autre but que de pouvoir engager rapidement des informaticiens, indépendamment des sélections opérées par les pouvoirs publics. Car pour le marché IT, caractérisé par une pénurie de personnes, ce modèle de sélection ordinaire des pouvoirs publics ne fonctionne tout simplement pas. Il n’existe qu’une seule alternative: l’externalisation (‘outsourcing’)."

Au sujet de la critique vis-à-vis du comité de concertation, sa réponse est très simple: "Ce comité de concertation est constitué, mais son agréation n’est toujours pas chose faite en raison du gouvernement en affaires courantes. En fait, nous travaillons aujourd’hui déjà de facto, de manière très ouverte et transparente, de concert avec ces personnes. Des décisions sont prises en consensus."

Robben ne souhaite pas rechercher les causes de ces critiques qui se manifestent aujourd’hui soudainement. Il est possible que ce soit à cause du fait qu’après 24 mois, une évaluation parlementaire d’eHealth était normalement prévue. Mais du fait que le gouvernement est en affaires courantes, cela n’a pas encore été possible. Robben: "Mais tout un chacun peut à présent consulter sur notre site la documentation très souvent actualisée. Nous sommes très transparents quant à notre situation" 

mardi 7 décembre 2010

Contribuables taillables et corvéables sans retenue !!!!

"Nous sommes vraisemblablement le pays le mieux gouverné de la planète ! Il suffit de voir les résultats !


Et on parle de la monarchie qui coûte cher !

mais non ! ce n’est que roupies de sansonnet à côté de ce qu’empochent nos « gouvernants » !
Plus de Cent jours à se les rouler !!! Respirez un bon coup ….

1er Ministre fédéral : Yves Leterme
209.000 € par an 17.417 € par mois.

Ministres fédéraux :

Onkelinx Santé Affaires sociales 200.000 € 16.667 € Reynders Finances-réformes institutionn 200.000 € 16.667 €
Milquet Emploi égalité des chances 200.000 € 16.667 €
Vandeurzen Justice 200.000 € 16.667 €
De Crem Défense 200.000 € 16.667 €
De Gucht Affaires étrangères 200.000 € 16.667 €
Michel Ch Coopération 200.000 € 16.667 €
Dewael Intérieur 200.000 € 16.667 €
Laruelle PME-indépend-agricult-polit scient 200.000 € 16.667 €
Magnette climat-énergie 200.000 € 16.667 €
Turtelboom Asile et immigration 200.000 € 16.667 €
Vervotte Fonction et entrepr publiques 200.000 € 16.667 €
Arena intégrat. soc-pensions-gdes villes 200.000 € 16.667 €
Van Quickenborne Modernisation administration 200.000 € 16.667 €
Secrétaire d'état :
Schouppe Mobilité 180.000 € 15.000 €
Devlies Fraude fiscale 180.000 € 15.000 €
Laloux Pauvreté 180.000 € 15.000 €
Wathelet Budget-familles-emploi adjoint 180.000 € 15.000 €
Chastel Affaires étrangères adjoint 180.000 € 15.000 €
Clerfayt Finances adjoint 180.000 € 15.000 €
Fernandez ???? 180.000 € 15.000 €

Ministres :
Demotte
(CF+RW) Président RW et CF 180.000 € 15.000 €
Daerden (CF+RW)
Budget (salaire doublé ???) 180.000 € 15.000 €
Simonet
(CF+RW) Ens Sup, Rech scient,Relat Intern Comm franç (salaire doublé?)180.000€ 15.000
Fonck
(CF) Santé, de l'Enf, de l'Aide à la Jeun 180.000 € 15.000 €
Lalaan (CF) Culture et de l'Audiovisuel 180.000 € 15.000 €
Tarabella (CF+RW) Jeun & promot. soc + formation 180.000 € 15.000 €
Antoine (RW) Logement - transport - territoire 180.000 € 15.000 €
Courard (RW) Affaires intér - fonct publique 180.000 € 15.000 €
Marcourt (RW) Écono-emploi-commerce ext 180.000 € 15.000 €
Donfut (RW) Santé-action sociale-égal chances
(double emploi) 180.000 € 15.000 €
Lutgen
(RW) Agricult-ruralité-environ-tourisme 180.000 € 15.000 €
Peeters (RF+CF) (CD&V) Présid+Réf institut, Ports'Agric, Pêche, Ruralité 180.000€ 15.000 €
Van Mechelen (RF+CF/open VLD) Finances - budget - territoire 180.000 € 15.000 €
Vandenbroucke (RF+CF/sp.a) Emploi-enseign-format 180.000 € 15.000 €
Vanackere(RF+CF/CD&V) Santé - bien-être - famille 180.000 € 15.000 €
Anciaux (RF+CF/spirit) Culture-jeunesse-sport-affaires brux 180.000 € 15.000 €
Bourgeois (RF+CF) Administr-polit extér-médias-tour 180.000 € 15.000 €
Crevits (RF+CF) Trav publ-énergie-environ-nature 180.000 € 15.000 €
Keulen (RF+CF) Intérieur-villes-logem-intégration 180.000 € 15.000 €
Van Brempt (RF+CF) Mobilité-écono soc-égal chances 180.000 € 15.000 €
Ceysens (RF+CF) Écono-entrepr-sci-innov-comm ext 180.000 € 15.000 €
Piqué (RB) Pouvoirs locaux de Aménag territ, Monum et Sites, Rénovat urb, Logem,
Propreté publ, Commerce ext, Coopér au dévelop 180.000 € 15.000 €
Vanhengel (RB) Finances Budg Relat ext, Informat région 180.000 € 15.000 €
Cerexhe (RB) de Emploi de l'Econo,de Recherche scient, deLutte contre l'incendie
et l'Aide médicale urgente 180.000 € 15.000 €
Smet (RB)
Mobilité,Travaux publics 180.000 € 15.000 €
Huytebroeck
(RB)de Environn,Energie, Politique de l'Eau 180.000 € 15.000 €
Secrétaire d'état RB
Depuis Logement, Urbanisme 180.000 € 15.000 €
Kir Propreté publ & Monuments-Sites 180.000 € 15.000 €
Grouwels Fonction publique du Port de Bxl 180.000 € 15.000 €
Ministre CG
Karl-Heinz Lambertz Ministre-Président pouvoirs locaux 180.000 € 15.000 €
Gentges Format et Emploi, Aff soc et Tourism 180.000 € 15.000 €
Paasch Enseignement et recherche 180.000 € 15.000 €
Weykmans Cult-médias-monum-jeun-sport 180.000 € 15.000 €

Soit un total de 55 ministres pour un montant de 10.209.000 €

+ 55 CHAUFFEURS : COÛT 2.310.000 €
+ 55 X (10?) -PERSONNEL DES MINISTRES : 26.400.000 €
+ 503 DÉPUTÉS 35.210.000 €

150 députés à la chambre
40 sénateurs
124 députés flamand
75 députés wallons et CF
89 députés bruxellois
25 députés germanophones

Coût TOTAL de la séparation du pouvoir entre différentes communautés et
régions : 74.129.000 € par mois
(par an : 2.990.356.447 BEF)
+ frais hôtels + frais restaurant + frais déplacement + + +

Sans compter tout ce qu’on ne dit jamais. …Vous me suivez ????

Petit test : combien de noms cités, n’avez-vous jamais entendu parler ? 80 % ?? C’est dire l’importance de leur mission (non accomplie) !

Sources pour les revenus
http://www.eadministration
.
be/index.php?action=article&numero=91&voir_commentaire=oui
http://www.dhnet.be/infos/belgique/article/175124/le-salaire-de-nos-elus.html

Conclusions
I. Plusieurs ministres font double emploi :
- 4 ministres de l'emploi
- 4 ministres de l'environnement
(Le ministre fédéral de l'environnement a d'ailleurs annoncé que son travail allait être de faire collaborer les 3 autres ministres ensemble ! Et s'il n'y avait qu'un seul ministre ?)
II. Plusieurs ministres n'ont pas grand-chose (rien ?) à faire :
- 1 Ministre de l'immigration
- 1 secrétaire d'état de la pauvreté
- 1 ministre de la coopération
Ce qui coûte beaucoup plus cher que les ministres, ce sont tous leurs associés ET surtout le nombre de députés pour chaque parlement
En voilà qui n'ont pas à s'en faire pour leur pouvoir d'achat

ET MOI ? ET MOI ? ET MOI ??  Pauvre con, je paie ces incapables et profiteurs !

Faire passer un maximum, HONTEUX!!!!!!

De plus, juste pour info : FRANCE     : 63,7 M. habitants, 15 ministres (1 ministre/4,2 M. habit.)
PAYS-BAS : 16,4 M. habitants, 15 ministres (1 ministre/1 M. habit.)
BELGIQUE : 10,5 M. habitants, 55 ministres (1 ministre/0,2 M. habit.)
BELGIUM : 10 POINTS !!! "


 

Jacques Brel, ce visionnaire !

video

dimanche 5 décembre 2010

Une Flandre supérieure et bien gérée ...... Ha, Ha, Ha .... Vaniteux.


Des Xièmes revendications inattendues .

A chaque jour qui passe ils nous trouvent une nouvelle revendication dans n'importe quel domaine et ils ne s'en fatiguent pas.

Ils devraient se faire soigner pour persécution, frustrations, complexes, crédulité, etc ...



Et si la Flandre usait de la loi du nombre .....

Ce ne serait pas la première fois que les flamingants ne respecteraient pas nos lois ni la constitution du pays quand elles font obstacle à leurs ambitions et leurs envies. Exemples : boycott des recensements linguistiques, boycott des dernières élections par des bourgmestres de la périphérie, renier leurs engagements, pratiquer l'exclusion ....

S'ils voulaient passer en force, nous les habitants de BHV devrions considérer les flamingants comme des occupants comme en 1940 - 1945 !
L'Ubermensch flamingant n'a aucune considération ni respect pour les Belges francophones !!!!!!
Nous devons absolument résister aux flamingants et leur faire comprendre que BHV n'est pas la propriété de la Flandre.  Qu'ils restent chez eux.


Aperçu des mentalités du nord ......

Ils mentent par omission en cachant soigneusement ce que la Flandre perdra en forçant son indépendance .......



Ce qui dérange fortement les "camarades flamingants" est que les migrants et francophones parlent une autre langue que le flamand à la maison ou encore à la sortie des écoles 

Pince-mi et pince-moi .......


L'éternel sentiment de victimisation des flamingants est bien entretenu et perçu par les habitants du nord.


samedi 4 décembre 2010

La politique fiscale a désavantagé la Wallonie et Bruxelles.

Avec des flamands au pouvoir, cela n'a rien de surprenant !

mercredi 17 novembre 2010 à 09h50

La politique fiscale a désavantagé la Wallonie et Bruxelles

"La réforme de l'IPP (impôt sur les personnes physiques) des années 2002-2004 a modifié la clé de répartition à l'avantage de la Flandre et au désavantage de la Wallonie et de Bruxelles", selon un avis du Conseil supérieur des Finances qui vient d'être rendu au ministre des Finances Didier Reynders. Le rétablissement de l'indexation de l'IPP a eu le même résultat.
Publié sur son site internet, l'avis relatif aux variations de la clé de répartition de la part d'IPP attribuée aux Régions, rédigé par la section Fiscalité et Parafiscalité du Conseil supérieur des Finances fait état, plus généralement, d'une "claire amélioration de la clé de répartition à l'avantage de la Flandre jusqu'à l'exercice d'imposition 2003, après lequel c'est plutôt la Wallonie qui améliore sa position relative".

Pour Bruxelles, le constat est celui d'une "détérioration constante". Cela semble s'expliquer "par une croissance démographique concentrée dans le bas de l'échelle des revenus", une observation qui sonne comme la confirmation de ce qu'avancent une série d'études.

Au début de la décennie, "l'amélioration de la position relative de la Flandre s'explique par une meilleure croissance des revenus de cette Région", note le CSF. "Le rétablissement de l'indexation de l'IPP y a également contribué", précise-t-il. Selon lui, "l'indexation modifie la clé de répartition au désavantage de la Wallonie".

Pour les exercices 2006-2007, on ne constate plus de décrochage en Wallonie mais le CSF émet certaines réserves sur ce constat, un sérieux problème d'enrôlement étant intervenu en 2005 et corrigé par la suite.

Le Conseil supérieur des Finances cite "la croissance du revenu global des particuliers dans les trois Régions" et "l'orientation de la politique fiscale" comme les deux "déterminants de fond" de l'évolution des parts de recettes IPP des Régions.

Trends.be avec Belga

mercredi 1 décembre 2010

Vande Lanotte n'en voit pas la fin .....


Comme d'habitude, il ne peut s'empêcher comme tout bon flamand de favoriser la flandre au détriment de la Belgique et des francophones. Il veulent un maximum d'argent chez eux mais, c'est le fédéral qui devrait payer les retraites.  Et on sait que les retraités et pré-retraités sont très, très nombreux chez eux et les francophones devraient payer les retraites des flamands pendant qu'ils se font dépouiller par les flamingants.
Habituel égoïsme flamingant monstrueux et strictement aucun respect pour les belges francophones !!!!!

lundi 29 novembre 2010

Le grand cirque de Belgique...

Peuplée à l'origine par cinq tribus celtes venues de la rive droite du Rhin vers 250 avant J-C, la Belgique est conquise en même temps que la Gaule par les armées de Jules César en 57 avant J-C.
Les "Belges" dont César vantait la bravoure en ajoutant qu'ils étaient aussi les moins civilisés des Gaulois  avaient un territoire s'étendant jusqu'à Paris ou presque: rien de commun donc avec la "Belgique actuelle.
Elle connaîtra successivement la tutelle de la France, plus particulièrement de la Bourgogne, puis de l'Espagne, de l'Autriche, des Pays-Bas et de l'Allemagne.Pour le grand homme d'Etat wallon Jules Destrée, ministre socialiste des Sciences et des Arts, c'est simple : "Sire, il n'y a pas de Belges", écrivait-il au Roi Albert Ier en  1912, "Vous régnez sur deux peuples, les Wallons et les Flamands".
Sauf peut-être à Bruxelles, qu'il appelait "la cité des métis" ?
La tache d'huile francophone sur la Flandre.
Certainement la plus grande peur des néerlandophones de notre pays.
Petit retour en arrière : la loi de 1932 règle l'utilisation des langues en Belgique.
Après le refus wallon d'établir le bilinguisme partout en Belgique, on décide donc que le français sera parlé dans les provinces wallonnes actuelles et que le flamand sera parlé en Flandre dans les communes flamandes actuelles.
A Bruxelles, on parlera les deux langues.
Tous les dix ans, sera organisé un recensement où l'on demandera aux gens : "quelle langue parlez-vous?"
Si une langue minoritaire devient majoritaire, la commune bascule dans l'autre entité linguistique. La "minorité linguistique" doit atteindre 30% pour voir attribuer à la commune le statut des facilités.
Le système est simple et démocratique.
Le premier recensement a eu lieu après guerre, en 1947.
Il faudra attendre 7 ans pour que les résultats soient publiés, en 1954.
Trois communes du Brabant passent d'une majorité de néerlandophones à une majorité de francophones : Berchem-Sainte-Agathe, Evere et Ganshoren.
La loi exigeait que toute l'administration - néerlandophone - en place soit remplacée par une administration francophone.
Dans un souci de consensus, le ministre de l'Intérieur de l'époque, le socialiste Pierre Vermeylen propose le rattachement des communes à l'agglomération bruxelloise, bilingue...
Les conséquences ne se sont pas fait attendre : sous la pression de 184 maïeurs flamands qui refusaient d'effectuer le recensement sur leur commune, le gouvernement décide d'abolir la partie linguistique des recensements.
Toujours cette peur ... La frontière linguistique, qui pouvait flotter selon les majorités/minorités présentes dans les communes, est supprimer par la loi Gilson, le 31 octobre 1962.
Une semaine plus tard, le huit novembre, le statut des communes "à facilités" est officiellement établi. Suivront plusieurs lois, comme celle du 30 juillet 1963 « concernant le régime linguistique dans l'enseignement », c'est-à-dire la mise en place d'école maternelles et primaires visant la minorité linguistiques dans les communes à facilités, ou celle sur l'emploi des langues (18 juillet 1966).
Aujourd'hui, on s'étripe sur le caractère permanent ou non des facilités.
Certains néerlandophones estiment que ces facilités ont été introduites avec une limite dans le temps, histoire que les francophones déjà établis puissent apprendre le néerlandais.
Les francophones, eux, considèrent que ces facilités sont bétonnées et qu'il n'y aucune raison de revenir en arrière.

Pourquoi Bruxelles n’ est pas la capitale de la Flandre.
En 1983, le Conseil d’Etat a été saisi d’une demande d’avis émanant du président du Parlement Flamand de l’époque concernant un projet de décret "relatif au choix de Bruxelles comme capitale de la Communauté flamande". Qu’a dit le Conseil d’Etat

Le Conseil d’Etat rejette donc pour motif d’incompétence de la Communauté flamande le choix de celle-ci d’installer Bruxelles comme capitale. La Flandre a passé outre cet avis du Conseil d’Etat et elle a adopté le décret déposé par le député Vic Anciaux (Volkusnie, parti nationaliste flamand) du 6 mars 1984 pour s’installer à Bruxelles de manière anticonstitutionnelle. Depuis, la Flandre a installé ses institutions et administrations dans des endroits symboliques et chargés d’histoire du centre ville.
En choisissant Bruxelles comme capitale pour y installer ses institutions, ci-dessous le Gouvernement Flamand, les autorités flamandes ont procédé à un véritable coup de force en violation de la Constitution belge.
La capitale de la Flandre doit être située en territoire flamand.

samedi 27 novembre 2010

Le plan Vande Lanotte accueilli froidement.

Rien d'étonnant; comme beaucoup de flamands il est devenu nationaliste flamingant et privilégie les intérêts et ambitions flamingante.  Il a repris un grande partie le programme de la NV-A qui veut d'abord siphonner la Belgique en direction des "pauvres victimes flamandes" avant de passer à l'indépendance de la république vlaanderen.


Exemple typique de la nouvelle arrogance flamingante après des décennies de complexes et frustrations ....


La FGTB pique le NV-A.

Seule la vérité dérange ! Comme la NV-A manipule la vérité et ment sans vergogne, il est bon de les remettre à leur place.

dimanche 21 novembre 2010

Définitions et explications des fascismes; flamingants compris !!!

http://www.bruksel.mesologos.eu/partispolitiques/NVA%20parti%20fasciste.htm

Excellent site de clarification que tous les francophones de Belgique devraient lire afin de mieux ouvrir les yeux sur les agissements des flamingants.


Ce site vaut le détour de quelques minutes de navigation sur internet.  Bravo pour son auteur.

samedi 20 novembre 2010

Ouvrons les yeux !

Ouvrons les yeux !

Damien Thiéry Député fédéral ; bourgmestre non nommé de Linkebeek
Mis en ligne le 01/09/2010
Accepter ce qu’il se passe maintenant, c’est accepter de prendre des coups de bâton sans mot dire, sous prétexte qu’il vaut mieux se faire battre par son mari plutôt que d’envisager un divorce à l’amiable. Une opinion de Damien Thiéry, bourgmestre non-nommé
Pouvons-nous décemment, en tant que responsables politiques vivant dans une région ou le gouvernement en place bafoue régulièrement la démocratie et le droit des gens, accepter que, comme en 1963, le gouvernement fédéral impose aux habitants des communes de la périphérie, sans les consulter, une solution "négociée" dans le cadre de la réforme de l’Etat qui ne leur convient pas ?
Oser dire que nous nous dirigeons vers un chaos institutionnel si on ne trouve pas à tout prix un accord dans les plus brefs délais est erroné. Mais cette formule est porteuse médiatiquement, et politiquement, bien sûr. Souvenons-nous de la formule magique d’Elio Di Rupo lors des dernières élections régionales, "voter MR c’est aller vers un bain de sang social " C’était très fin mais très machiavélique aussi Ce qui est dangereux, c’est qu’il s’agit tout simplement d’une formule pour faire peur au peuple, le mettre au pied du mur, le déstabiliser. C’est une formule qui prévient déjà les citoyens des concessions unilatérales que les francophones auront dû faire pour sauver le pays dont le principal interlocuteur flamand ne veut plus !
Ouvrons les yeux ! Il faut une fois pour toute rouvrir le débat de l’élargissement de BXL et briser le carcan de Bruxelles en Flandre. Je rappelle que c’était la volonté de tous les présidents de partis francophones avant les élections, qu’en reste-t-il aujourd’hui? Elle avait bon dos la campagne électorale Aurait-on une fois de plus leurré l’électeur ? Ou sommes-nous clairement tributaires d’un nationalisme grandissant et irrévocable au nord du pays ? La population ne devrait-elle pas être consultée ou, au moins, les élus de toutes les communes concernées ? Je vais d’ailleurs prendre personnellement l’initiative de contacter tous les élus francophones de la périphérie pour savoir ce qu’ils pensent de la situation actuelle et s’ils sont d’accord de se faire entendre, ensemble, auprès des présidents de partis francophones.
On ne parle pour l’instant que de concessions francophones. Que concèdent De Wever et ses amis ? Il faudra probablement, à un moment donné, oser parler d’un plan B plutôt que de tout concéder dans un plan A et par après devoir constater que tout a été mis en place pour que le plan B soit malgré tout inévitable.
Pour rappel, la stratégie de Bart De Wever durant la campagne électorale était claire :
1. d’abord scinder BHV, et c’est déjà pour lui derrière le dos. Sans concession aucune. Ce qui bloque, entre autres, la négociation pour l’instant ;
2. faire de Bruxelles une ville (située en Flandre) et non plus une région, sauf si elle est mise sous tutelle flamande ;
3. faire de la frontière linguistique une frontière d’Etat.
Penser que Bart De Wever ait changé d’avis depuis lors est un leurre et est une erreur tant politique que stratégique. Chaque fois qu’on est proche d’un accord, Bart De Wever trouve une autre revendication. Il porte seul la responsabilité de cet échec, mais, plus surprenant encore est la position du CD&V, plutôt fédéraliste, qui semble le suivre à 100%.
Que dire de la dernière proposition Di Rupo ?
- scission BHV contre quelques droits pour les six communes à facilité only ! Rien pour les francophones hors communes à facilités ;
- possibilité de vote pour les habitants des communes à facilités à BXL. Questions : durée dans le temps ? Démarche administrative pour droit d’inscription ? Un candidat d’une commune à facilités va-t-il pouvoir se présenter à BXL ? ;
- assouplir les circulaires Peeters & Co (c’est aussi un chèque en blanc ! Qui dit qu’une nouvelle circulaire de la Région flamande ne va pas venir pour confirmer la première ?) ;
- documents administratifs dans la langue de l’intéressé accordés pour six ans, plutôt qu’une demande systématique. C’est bien la preuve qu’à terme la Flandre envisage toujours la fin des facilités ! ;
- Les recours traités par une chambre bilingue du Conseil d’Etat - maigre avantage, si c’en est un réellement
- La communauté urbaine est un leurre. Un élargissement est une réalité (favorable au financement de la région BXL) ;
- Une solution pour la nomination des bourgmestres de la périphérie, mais laquelle et quand ? La nomination d’un élu au poste de bourgmestre est un droit démocratique, et la démocratie ne se négocie pas ! ;
En attendant, qu’en est-il de :
- l’élargissement de BXL cher aux présidents de partis FR et promis avant les élections ;
- convention cadre sur la protection des minorités ;
- demander ce que le peuple veut réellement, ce qui reste la base de travail dans un pays démocratique (consultation populaire) ;
- cette demande de l’argent frais pour BXL contre le droit des gens en périphérie ;
- la compétence de la communauté française en matière de soins de santé et d’activités socioculturelles et sportives sans oublier l’enseignement en périphérie ;
- l’interdiction d’inventer des circulaires qui interprètent les lois linguistiques élaborées au niveau fédéral ;
- des facilités bétonnées et re-bétonnées cinq fois dans la Constitution, contre marchandage des droits des francophones de la périphérie, toujours eux.
Je pense que nous avons définitivement déjà beaucoup trop concédé sans rien recevoir de concret. Nous aussi il nous faut des garanties, surtout pour BXL et sa grande périphérie. Nous sommes demandeurs de donner à Bruxelles sa véritable dimension. Demandons aux Bruxellois ce qu’ils veulent et, ensuite, négocions en mettant nous-mêmes nos recommandations
BDW disait hier sur Canvas que le front des Flamands était rompu par le SP.A de Mme Genez. Celui des francophones n’a plus jamais existé depuis le 13/06/2010. Mettons nos rancœurs de personnes ou de formations politiques francophones de côté et accordons-nous dans l’intérêt de tous les citoyens francophones, wallons, bruxellois et de la périphérie.
Nos propositions ne vont pas à l’encontre de la Flandre, elles laissent entrevoir une solution dans le droit et l’intérêt de tous ! Pourquoi BDW ne veut-il plus discuter qu’avec Di Rupo ? Madame "non" Milquet aurait-elle des revendications trop fortes pour sa bourgmestre de Rhode-St-Genèse ? Le PS n’a plus d’intérêt électoral en périphérie, par contre il a la main à BXL. Est-ce une raison suffisante pour laisser tomber le sort de 150 000 francophones en périphérie ? Il devrait comprendre que le sort des deux est étroitement lié. Il faut sortir BXL du carcan de la Flandre et renforcer le statut de cette région par son élargissement Accepter ce qu’il se passe maintenant, c’est accepter de prendre des coups de bâton sans mot dire, sous prétexte qu’il vaut mieux se faire battre par son mari plutôt que d’envisager un divorce à l’amiable.
Aurions-nous si peur, sommes nous aussi lâches ? Accepterons-nous de vendre 150 000 personnes dans la périphérie contre 500 000 000 d’euros pour la région bruxelloise ? Et quand l’argent ne sera plus ? Ne sera-ce pas au tour de BXL de se faire désosser, avant le reste du pays ?
C’est cette réflexion que nous devons avoir. Repartir d’une feuille blanche, et savoir ce que nous voulons encore réellement faire ensemble ! Croire qu’on va résoudre les soucis communautaires en deux mois alors qu’ils existent depuis un siècle, c’est croire qu’on va pouvoir faire tenir un bouquet de roses fleuries dans un vase pendant six mois sans qu’elles ne dépérissent !
Je fais donc un appel pressant à l’unité et l’union des francophones : laissons nos différends au placard et voyons comment contrer l’impérialisme de la NV-A, seul parti à ne pas vouloir avancer dans une réforme juste de l’Etat et acceptable pour tous les Belges, car ce parti ne veut pas (plus) écouter ses interlocuteurs. Tout ce qui est sur la table est largement défavorable aux francophones, beaucoup plus que ce qui était proposé en 2005, lorsque nous étions, MR-FDF compris, sur le point de trouver un compromis que le SPa "Spirit", ancienne branche de la Volksunie, a fait capoter.
Repartir en négociation maintenant, même sans la NV-A comme le proposait Bart De Wever hier soir dans l’émission "Panorama", serait une erreur magistrale, car 90% des revendications flamandes sont atteintes, les 10% restant seulement du coté francophone. Il est temps de faire ses comptes et de se poser les bonnes questions.

Il est légitime de brûler des symboles de la peste jaune.

Des drapeaux flamands détruits à Fourons

Belga
Mis en ligne le 12/06/2010
Le bourgmestre constate qu'il n'y avait eu cette année aucun problème avec les francophones et déplore que Joëlle Milquet ait allumé la mèche.
Dans la nuit de vendredi à samedi, des vandales ont détruit plusieurs drapeaux flamands, à l'effigie du lion flamand, à Fouron-le-Comte et à Mouland, a fait savoir le bourgmestre Huub Broers (Voerbelangen) samedi, pointant du doigt les francophones de la localité. Selon lui, ce serait un courrier de la présidente du cdH, Joëlle Milquet, distribué dans la localité et invitant les citoyens à aller voter à Aubel, qui aurait mis le feu aux poudres. Le bourgmestre constate qu'il n'y avait eu cette année aucun problème avec les francophones et déplore que Joëlle Milquet ait allumé la mèche.
L'échevin francophone José Smeets (Retour aux Libertés, affirme ne pas être au courant de ces actes de vandalisme. "Il n'y avait en tout cas aucun mot d'ordre de notre part mais je peux comprendre la colère des gens. Ils en ont marre que la commune ne reconnaisse plus leur droit aux facilités", a-t-il expliqué à Belga.
Il remarque que seuls les drapeaux flamands ont été visés et non les drapeaux belges et européens.José Smeets dénonce l'attitude du bourgmestre flamand. "Huub Broers dit que Fourons est une commune flamande et que les facilités doivent finir. Elu CD&V, il montre son rapprochement avec la NV-A. Il montre enfin sa vraie face, en étant de plus en plus extrémiste flamingant", a-t-il encore remarqué.
Pour lui, en dénonçant le tract de Joëlle Milquet incitant les francophones à voter à Aubel, Huub Broers méconnaît "les droits démocratiques qui le dérangent".

"L'élargissement de Bruxelles est une position défendable"

MÉDIATEURS

De Wolf : "l'élargissement de Bruxelles? Une position défendable"

Ruggieri Gianni
Mis en ligne le 07/09/2010
Vincent De Wolf (MR) concernant les positions du FDF au sein du MR : "Le préalable, c'est vraiment la nomination des Bourgmestres; l'élargissement de Bruxelles… c'est une position logique et défendable".
Vincent De Wolf au micro de Twizz
Le MR cherche à être invité autour de la table des négociations pour la formation du prochain Gouvernement fédéral. A ce sujet, la presse quotidienne évoque le débat qui s'est tenu lundi au Bureau du Mouvement Réformateur sur la stratégie à adopter et les conditions à mettre sur la table.
Dans ce contexte, Vincent De Wolf, Député bruxellois et Chef de groupe adjoint MR, estime que le PS, le Cd&h et ECOLO ne défendent pas assez l'intérêt des Bruxellois dans la mesure où ils tiennent le MR à l'écart des discussions : "Il y a un sentiment d'injustice et de dépit parce que nous avons été en 2007 les grands vainqueurs des élections… et Didier Reynders dirigeait l'ensemble des francophones dans leur rencontre… nous avons eu l'élégance de faire des réunions préalables où l'ensemble des francophones pouvaient donner leur avis…".
Quant à la rencontre entre le MR et la Nv-a (et d'autres partis flamands), Vincent De Wolf estime que : "… Ce n'est évidemment pas fait dans le dos de qui que ce soit… est-ce qu'on devient fou dans ce pays ? Nous sommes un parti démocratique, on a encore le droit de rencontrer d'autres mandataires pour discuter de l'avenir du pays et sonder les positions des uns et des autres, cela apparaît légitime et responsable...".
Quid, sur le fond, de l'élargissment de Bruxelles, thème cher au FDF ? "Le préalable, c'est vraiment la nomination des Bourgmestres, l'élargissement, oui idéalement, est-ce que c'est possible sur le terrain politique ? Je crois que cela peut-être un départ de négociation… L'élargissment de Bruxelles… c'est une position logique, on n'est pas demandeur au départ de la scission, c'est une position logique et défendable".
Vincent Dewolf, député bruxellois MR, s'est confessé ce mardi matin pourTwizz Radio. Une confession sous forme de coup de gueule contre l'attitude du PS dans les négociations du moment. Connaissez-vous la posture du singe hurleur ? Découvrez-la avec ce confessional.
Ecoutez et réécoutez Twizz Radio grâce au Twizz Replay (http://www.twizz.be)