samedi 7 août 2010

"ils veulent la fin du pays, ils n’ont pas changé d’un iota"

La N-VA a mis une série de demandes sur la table des négociations: régionalisation du registre national,... Le fossé avec les francophones est abyssal.


1 La N-VA entend complètement vider de ses compétences le ministère de l’Intérieur. "C’est simple, ils veulent en faire une coquille vide", résume un négociateur sous couvert d’anonymat. Ainsi la tutelle sur les services de police, sur les services de pompiers ou sur les service de protection civile devrait passer sous commandement régional, estiment les nationalistes flamands.
2 Au niveau des Transports, outre la délivrance des permis de conduire, plusieurs points sont poussés en avant durant ces négociations: la régionalisation de la compétence de la sécurité routière (code de la route) ou encore la tutelle sur les autos-écoles. Rappel, ces points faisaient partie d’un "paquet" communautaire négocié sous la houlette de Guy Verhofstadt fin 2007 - mais qui n’est jamais entré en application. La N-VA réclame, en outre, la régionalisation de la Mer du Nord, des canaux et des voies maritimes. Mais aussi la partition du fonds des amendes.
3 Et voici donc le chapitre de l’institutionnel pur et dur. La scission de l’arrondissement de Bruxelles-Hal-Vilvorde doit encore être réglée. Les 3 partis francophones (PS, Ecolo, CDH) n’ont plus évoqué l’élargissement territorial de la Région bruxelloise comme contrepartie à la scission de cet arrondissement bilingue. En revanche, les partis francophones ont mis sur la table l’extension du régime des facilités (tel qu’en vigueur dans les 6 communes de la périphérie bruxelloise) à tout le Brabant flamand. Les négociateurs flamands ont refusé net cette demande de compensation francophone.
4 Refinancement de la Région bruxelloise. A ce stade, les francophones ont réclamé une enveloppe de 500 millions d’euros. Les Flamands leur ont répondu en proposant un chèque avec une fourchette allant de 65 millions à 100 millions d’euros.
5 Last but not least, l’épineuse question des trois bourgmestres francophones non nommés de la périphérie bruxelloise n’est toujours pas résolue non plus. Reste qu’ici, un deal entre francophones et Flamands pourrait être bâti autour de ces lignes : la N-VA accepterait que la tutelle sur la nomination du bourgmestre ne soit plus du ressort exclusif de la Région flamande.

ndlr : Je crois que nous irons aux urnes avant la fin de l'année...

Aucun commentaire: