samedi 20 novembre 2010

Rappel de l'intolérance flamingante quant aux citoyens belges francophones.


De Wever : les francophones de Flandre sont des "immigrants"

Mis en ligne le 02/08/2008
Sur les ondes de la RTBF, le président de la NV-A s'est livré sans langue de bois.
Pour le président de la NV-A, Bart De Wever, il n'existe pas de minorité francophone en Flandre, mais seulement des "immigrants qui doivent s'adapter".
"Je pense qu'il n'y a pas de minorité francophone en Flandre, il y a des immigrants qui doivent s'adapter. On demande cela à des Marocains, des Turcs. On ne leur dit pas : 'Vous êtes nombreux, donc l'arabe va devenir une langue officielle'. C'est dingue", a déclaré M. De Wever sur les ondes de La Première (RTBF), où il répondait à des questions d'auditeurs.
"Nulle part dans le monde on accepte cette logique", a-t-il poursuivi, réfutant être un "homme intolérant".
"Arrêter le colonialisme"
"Tout le monde est le bienvenu en Flandre. On peut continuer à y parler français. Tout ce qu'on demande, c'est que la langue de gestion soit le néerlandais", a encore dit le président de la NV-A, en exhortant à "arrêter le colonialisme" de Bruxelles vers la Flandre.
A ses yeux, la proposition flamande d'un bilinguisme général, rejetée par les francophones dans les années 20 et 30, aurait pu "sauver la Belgique comme nation". "C'est très ironique", a-t-il ajouté.
Aujourd'hui, toutefois, il estime que la "valeur ajoutée de la Belgique est minimale", entre la "douce évolution" qu'il dit observer aujourd'hui vers les régions d'une part, et vers l'Europe d'autre part.
Quant à Bruxelles, "ville historiquement flamande qu'on a francophonisée", c'est là que se trouve "l'identité belge qu'on a inventée au XIXe siècle", estime-t-il. Et"puisque c'est l'enfant de la Belgique, je pense que les deux parents doivent s'en occuper", a-t-il dit à propos de la Flandre et de la Wallonie, refusant de reconnaître la Région bruxelloise comme Région à part entière. (Belga)

Aucun commentaire: