vendredi 11 janvier 2013

Je suis curieux d'en voir la suite !!!!


Les FDF wallons estiment que ce sont les aéroports régionaux wallons qui ont été victimes d’une concurrence déloyale…

Dans l’attente de la décision du secrétaire d’Etat Melchior Wathelet d’établir un système de facturation des droits aériens par Belgocontrol, les FDF wallons rappellent que :
1.       pendant des décennies, l’aéroport de Bruxelles-National a bénéficié d’une position de monopole et des attentions les plus soutenues du Gouvernement fédéral sur le plan financier et de développement des infrastructures (exemple : dossier DHL), sans compter le développement d’un réseau ferroviaire adapté, le Diabolo, ce qui n’est pas le cas de l’aéroport de Charleroi toujours en attente de son raccordement feroviaire ; le ministre Antoine a eu raison d’évoquer récemment une plus –value pour l’aéroport de Zaventem de 437 millions d’euros sur ses actifs immobiliers et fonciers dont la valeur avait été sous-estimée, lors de sa privatisation en 2004.
L’ostracisme manifesté à l’égard du succès économique des aéroports régionaux wallons, Charleroi et Bierset, de la part de certains responsables politiques néerlandophones n’est que l’expression d’une jalousie mal placée dès lors que le vent tourne à l’avantage de la Wallonie ,alors que les investissements consentis à Zaventem ont été largement financés à l’époque par l’Etat fédéral encore unitaire puis devenu fédéral, et donc aussi par de l’argent wallon.
2.      concernant les vols low-cost , la compagnie Easy Jet , l’un des plus importantes à bas coût d’Europe, celle-ci est basée à Zaventem ; alors, pourquoi toujours mettre en cause la présence de la compagnie Ryanair à Charleroi ?
3.      on ne peut reprocher la structuration des coûts de l’aéroport de Charleroi qui lui permet de fixer une redevance d’atterrissage très basse, ce qui n’est pas le cas à Zaventem.
En conséquence, les FDF wallons demandent :
1.       que le secrétaire d’Etat à la Mobilité Melchior Wathelet mette en place un système de facturation des droits aériens qui respecte l’autonomie et le développement économique de tous les aéroports du pays.
2.      que la Commission européenne induise une politique de financement des aéroports, qui ne soit pas une vision inspirée par la seule garantie de liberté de concurrence, mais bien par le souci de soutenir une croissance progressive des aéroports régionaux par le maintien de politiques d’investissements à caractère public, dans des régions qui désirent se redéployer économiquement.
 Monique FELIX, Vice-présidente wallonne
 Jonathan MARTIN, Secrétaire général adjoint pour la Wallonie
 Christophe VERBIST, Secrétaire de l’Interprovinciale wallonne des FDF 

Aucun commentaire: